Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 09:34


Miniatures en belles couleurs

Echos de passage en heures
Sagesses de vous trouver là
Aller et retours en belle vitesse
Naines dans leurs vives agilités
Gagnent des terrains en sagesse.
Écornent les interstices évasés.
Soulignent encore leurs vrais repas.

© Véronique Dubois
Repost 0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 07:40
Présentation d'un poème - LunA

Luna


Vole, vole petit ange, va montrer au ciel le produit de la terre
Va dire aux séraphins que les mendiants des pauvretés éternelles
Sur terre trouvent leur joie dans des richesses temporelles
Tu n’es pas d’ici, Luna, tu n’es pas de boue, salissure qui atterre


Tu viens du ciel, Luna, tu n’as pas de forme humaine, tu as du cœur
Les cœurs des gens d’ici ont des portes pareilles à ceux de l’enfer
Ils ont dans les mains les armes, canons, poudres et barres de fer
Ils ont dans les têtes l’intolérance, la différence et la rancœur


Viens, vole Luna, reviens semer dans les cœurs les graines d’amour
Viens dire à l’indifférence les merveilles de la paix et du partage
Viens ouvrir les brèches d’union, les antres fraternels à travers les âges
Viens laisser les trésors éternels de la vie qui se donne pour toujours.


Thomas MUSSENGE
Repost 0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 09:02
Présentation poème Jean de la Fontaine

Deux Pigeons s'aimaient d'amour tendre.

L'un d'eux s'ennuyant au logis
Fut assez fou pour entreprendre
Un voyage en lointain pays.

L'autre lui dit: Qu'allez-vous faire ?
Voulez-vous quitter votre frère ?
L'absence est le plus grand des maux:
Non pas pour vous, cruel. Au moins que les travaux,
Les dangers, les soins du voyage,
Changent un peu votre courage.

Encore si la saison s'avançait davantage !
Attendez les zéphyrs. Qui vous presse ? Un Corbeau
Tout à l'heure annonçait malheur à quelque Oiseau.

Je ne songerai plus que rencontre funeste,
Que Faucons, que réseaux. Hélas, dirai-je, il pleut:
Mon frère a-t-il tout ce qu'il veut,
Bon soupé, bon gîte, et le reste ?
Ce discours ébranla le coeur
De notre imprudent voyageur;
Mais le désir de voir et l'humeur inquiète
L'emportèrent enfin. Il dit: Ne pleurez point:
Trois jours au plus rendront mon âme satisfaite;
Je reviendrai dans peu conter de point en point
Mes aventures à mon frère.

Je le désennuierai: quiconque ne voit guère
N'a guère à dire aussi. Mon voyage dépeint
Vous sera d'un plaisir extrême.
Je dirai: J'étais là; telle chose m'advint;
Vous y croirez être vous-même.

A ces mots en pleurant ils se dirent adieu.
Le voyageur s'éloigne; et voilà qu'un nuage
L'oblige de chercher retraite en quelque lieu.
Un seul arbre s'offrit, tel encore que l'orage
Maltraita le Pigeon en dépit du feuillage.

L'air devenu serein il part tout morfondu,
Sèche du mieux qu'il peut son corps chargé de pluie,
Dans un champ à l'écart voit du blé répandu,
Voit un Pigeon auprès; cela lui donne envie:
Il y vole, il est pris; ce blé couvrait d'un las
Les menteurs et traîtres appas.

Le las était usé; si bien que de son aile,
De ses pieds, de son bec, l'Oiseau le rompt enfin.
Quelque plume y périt; et le pis du destin
Fut qu'un certain Vautour à la serre cruelle
Vit notre malheureux qui, traînant la ficelle
Et les morceaux du las qui l'avait attrapé,
Semblait un forçat échappé.

Le Vautour s'en allait le lier, quand des nues
Fond à son tour un Aigle aux ailes étendues.
Le Pigeon profita du conflit des voleurs,
S'envola, s'abattit auprès d'une masure,
Crut, pour ce coup, que ses malheurs
Finiraient par cette aventure;
Mais un fripon d'enfant, cet âge est sans pitié,
Prit sa fronde, et, du coup, tua plus d'à moitié
La Volatile malheureuse,
Qui, maudissant sa curiosité,
Traînant l'aile et tirant le pied,
Demi-morte et demi-boiteuse,
Droit au logis s'en retourna:
Que bien que mal elle arriva
Sans autre aventure fâcheuse.

Voilà nos gens rejoints; et je laisse à juger
De combien de plaisirs ils payèrent leurs peines.
Amants, heureux amants, voulez-vous voyager ?
Que ce soit aux rives prochaines;
Soyez-vous l'un à l'autre un monde toujours beau,
Toujours divers, toujours nouveau;
Tenez-vous lieu de tout, comptez pour rien le reste;
J'ai quelquefois aimé ! je n'aurais pas alors,
Contre le Louvre et ses trésors,
Contre le firmament et sa voûte céleste,
Changé les bois, changé les lieux
Honorés par les pas, éclairés par les yeux.
De l'aimable et jeune bergère
Pour qui, sous le fils de Cythère,
Je servis, engagé par mes premiers serments.

Hélas ! quand reviendront de semblables moments ?
Faut-il que tant d'objets si doux et si charmants
Me laissent vivre au gré de mon âme inquiète ?
Ah si mon coeur osait encore se renflammer !
Ne sentirai-je plus de charme qui m'arrête ?
Ai-je passé le temps d'aimer ?

Jean de la Fontaine
Repost 0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 17:18
Poème libre - InterneT

Intérêts de parcourir un monde de connaissances

Naviguer à travers beaucoup les liens d'aisances
Traverser des vies, des avis et certaines envies
Édifiants ces réseaux de multiples rencontres
Réglisses hyperliens dans ce monde cybérien
Nénuphars aux racines hagardes dans ces lacs
Envahissent à travers ces flux et reflux de fibres
Tant que nos différents optiques seront pacifiques.

©
Veronique Dubois
Repost 0
Véronique Dubois - dans Internet
commenter cet article
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 16:48
Présentation d'un poème - Le coucher de soleil en Bretagne


Un coucher de soleil sur la côte bretonne


Les ajoncs éclatants, parure du granit,
Dorent l'âpre sommet que le couchant allume.
Au loin, brillante encore par sa barre d'écume,
La mer sans fin, commence où la terre finit !


A mes pieds, c'est la nuit, le silence. Le nid
Se tait. L'homme est rentré sous le chaume qui fume ;
Seul l'Angélus du soir, ébranlé dans la brume,
A la vaste rumeur de l'Océan s'unit.


Alors, comme du fond d'un abîme, des traînes,
Des landes, des ravins, montent des voix lointaines
De pâtres attardés ramenant le bétail.

L'horizon tout entier s'enveloppe dans l'ombre,
Et le soleil mourant, sur un ciel riche et sombre,
Ferme les branches d'or de son rouge éventail.


José Maria de Hérédia 1842-1905

Repost 0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 16:03
Poème libre - AbsenteS

Absente de leurs vies de pères
Bornée à ne pas servir de relais
Soutirée au placard des souvenirs
Enfouie dans leurs petites enfances
Naturelle à ne plus vouloir heurter
Tyrannisée par des femmes hautaines,
Etonnez-vous de cette famille éparpillée !
Serais-je estimée, un jour, à ma juste valeur ?

© Véronique Dubois

Repost 0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 12:40
Guernica - Véronique Dubois
Gagne en symbolique

Unissons dans l'éthique
Émerveillements d'une rancoeur
Névroses d'un aboutissement d'une oeuvre
Incantations à ses auteurs
Cadencent en nous du respect.
Alertent en nous tous les aspects.

©
Véronique Dubois

Repost 0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 09:23

Présentation poème chinois

Devant les ruines d’un vieux palais

Le ruisseau s’éloigne en bouillonnant, le vent mugit avec violence à travers les pins ;

Les rats gris s’enfuient à mon approche et vont se cacher sous les vieilles tuiles.

Aujourd’hui sait-on quel prince éleva jadis ce palais ?

Sait-on qui nous légua ces ruines, au pied d’une montagne abrupte ?

Sous forme de flammes bleuâtres, on y voit des esprits dans les profondeurs sombres ;

Et, sur la route défoncée, on entend des bruits qui ressemblent à des gémissements.

Ces dix mille voix de la nature ont un ensemble plein d’harmonie,

Et le spectacle de l’automne s’harmonise aussi avec ce triste tableau.

Le prince avait de belles jeunes filles ; elles ne sont plus que de la terre jaune,

Inerte comme l’éclat de leur teint, qui déjà n’était que mensonge ;

Il avait des satellites pour accompagner son char doré,

Et, de tant de splendeurs passées, ce cheval de pierre est tout ce qui reste.

Je me sens ému d’une tristesse profonde ; je m’assieds sur l’herbe épaisse,

Je commence des chants où ma douleur s’épanche ; les larmes me gagnent et coulent abondamment.

Hélas ! dans ce chemin de la vie, que chacun parcourt à son tour,

Qui donc pourrait marcher longtemps !


Thou-fou

Pour en savoir plus sur la poésie chinoise : Wengu

Repost 0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 18:26




Concours photo - thème bleu


Je me lance dans un concours de photographie 
Le thème : le bleu.
Une autre photographie "participe".
L'adresse du site
www.leblogdekickoff.com

Je vous souhaite une inspiration
pour y participer aussi.

Véronique

 

Repost 0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 15:49

Tu m'as dit si tu m'écris
Ne tape pas tout à la machine
Ajoute une ligne de ta main
Un mot un rien oh pas grand chose
Oui oui oui oui oui oui oui oui
Ma Remington est belle pourtant
Je l'aime beaucoup et travaille bien
Mon écriture est nette est claire
On voit très bien que c'est moi qui l'ai tapée
Il y a des blancs que je suis seul à savoir faire
Vois donc l'oeil qu'à ma page
Pourtant, pour te faire plaisir j'ajoute à l'encre
Deux trois mots
Et une grosse tache d'encre
Pour que tu ne puisses pas les lire.


Blaise Cendars
Repost 0

Généreuse...tôt Et Liégeoise

  • : Véronique Dubois - Mes inspirations, votre quotidien en poèmes - Poésie contemporaine
  • Véronique Dubois - Mes inspirations, votre quotidien en poèmes - Poésie contemporaine
  • : Une inspiration poétique rythme votre quotidien. Votre quotidien inspire un rythme poétique. Un rythme poétique inspire votre quotidien.
  • Contact

Editions - Actualités

Bonjour,

Parutions d'acrostiches

 

 

1. Cahiers Poétiques n°17 pour le commander sur le site

http://www.ouaknine.fr/catalogue_cahiers.htm
2. Parutions d'acrostiches dans la revue Le Chat Bleu N° 3 - La jeunesse

et il existe une copie en pdf.

http://pagesperso-orange.fr/revuelechatbleu/Page3-0/index3.htm
3. Parution d'un poème dans l'anthologie Flammes Vives
Première anthologie poétique Flammes Vives 2009 - Volume 2 et 3 - 2009
Pour le commander sur le site www.flammesvives.com.

4. Participation au concours sur Boris Vian

Escale du livre 2009

http://www.escaledulivre.com/2009/expos.php - page 3

5. Participation au concours Printemps des Poètes 2009 rire en poème

Impression d’un poème dans un cahier

 

Véronique Dubois

Rechercher

MusiquE DouceuR


Découvrez Imogen Heap!

Découvrez Depeche Mode!

Et encore ...

 Wikio - Top des blogs - Litterature



Sites pour enfants

 

Articite.fr - Les arts visuels

Le coin du social









Paperblog  Poetry Blogs - BlogCatalog Blog Directory annuaire de blogs

Ahalia
Webzines
Cliquez ici

Wordle: Véronique Dubois première option